21/03/2006

Prière du Dauphin ...

 
Prière du Dauphin,

Je nageais sur ta planète déjà bien avant tes ancêtres,
Nous étions des milliers, des milliards,
Nous parcourions sans danger des centaines de kilomètres,
Et le soir venu, jouions dans la lumière des phares,

Aujourd’hui vous venez dans notre monde sous marin,
Et vous y êtes les bienvenus,
Mais respectez notre espace et nos coins,
Avant que nous ayons complètement disparus,

Je ne veux pas périr dans vos filets,
M’étouffant ,me blessant dans ses mailles,
Ces filets qui ne me sont point destinés,
Mais je me meurs dans ses entrailles,

Lorsque j’aperçoit un bateau je veux remonter et sourire,
Je sais de ma beauté apaiser les cœurs,
Mais le danger guette et je préfère m’enfuire,
Vos yeux me cherchent et je deviens que rumeur,

Ne jetez pas vos déchets dans ma demeure,
Ce sac plastique parfois pris pour un poisson,
Pour beaucoup d’entre nous fait sonner le glas de la dernière heure,
Une mort douloureuse et lente, d’une fin sans pardon,


Cessez vos pêches abondantes dans la mer !
Certains d’entre nous meurent de faim,
Moi je ne puis venir chasser sur vos terres,
Avant l’océan de poissons était plein,

Evacuez vos liquides visqueux et noirs sur vos contrées,
Ma belle robe grise est sale et je manque d’air,
Nous mourrons indéniablement étouffés,
Tout ceci n’est pas juste, tout ceci n’est pas fair,
Ne me capturez pas pour nager dans un bassin,
Juste pour le plaisir des yeux,
Ma robe se fane avec l’eau chloré, mon monde est salin,
Sans ma famille je pleure et meurs à petit feu,

Vous voyez bien !!!
Je ne fais que mourir,
Laissez moi en paix avec les miens,
Et je serais là dans l’océan pour te secourir,

C’est bien beau de me présenter,
Sur tous supports inimaginables,
Symbole d’intelligence et de paix,
Vous m’admirez mais de respect vous êtes incapables,
En votre présence ma race exterminée,

Lorsque je ne serais plus là,
Ne pleurez pas sur mon sort,
Cela voudra dire que j’ai perdu ce combat,
Que la bêtise humaine m’a conduit à la mort,

Ne me cultivés pas en captivité,
Je guiderais enjôlé vos bateaux,
Que dans les mers je saurais vous émerveiller,
Dans la détresse je vous prendrais sur mon dos,
Sans me poser de questions je vous sauverais,

Ceci est ma prière,
Nous sommes dignes et pleins d’allégresse,
Ecoutez moi là bas sur vos terres,
Ces paroles simples emplis de sagesse,
Avant que nos histoires à vos petits enfants deviennent que mots amères,

Avant que notre existence ne devienne un mirage,
Pour toute la vie marine ,mon cousin le Lamentin,
Je fais passer ce message,
Si chacun y mets un peu du sien,
Nous survivrons de ce carnage,
Et éviter le mot …FIN,
Tourner la dernière page,
De ma vie de dauphin.

DOLPHINEE
 
Merci à toi Dolphinée pour ce très beau texte.
Si vous trouvez ce texte aussi beau que moi, allez donc voir sur son blog, il y en a plein d'autres tous aussi beaux les uns que les autres.
 

09:57 Écrit par Natdauphin | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Bravo petite Nat!! Merci,tu as mis ce texte en valeur avec cette belle image.Merci pour le lien et surtout continue comme ça!Ce lieux deviendras une ressource pour moi.Le monde bleu m'attires énormément et mon plus grand rêve est...tu t'en doutes je pense.

Bisous,

Écrit par : Nat | 21/03/2006

Bonjour, C'est vraiment très touchant cet écrit!
C'est vrai que les textes des chansons de Lara Fabian sont superbes!
Le manque de temps, m'empêche de lire tous les blogs que je voudrais lire! Snif.
Magnifiques photos. Bonne semaine. @+

Écrit par : Véronique | 21/03/2006

superbe superbe ce petit poème tellement émouvant mais aussi tellement vrai....j'en ai les larmes aux yeux

Écrit par : francoise | 21/03/2006

slt et oui ses moi je suis de retoure aprais se lomgt we-k geniale et un debut de semaine superbe 'ses avec ma bonne humeur que je viend te randre visite ' bisous tout tandre nat

Écrit par : titi | 21/03/2006

Hello Très très beau ton poeme sur les dauphins . j'espère que tu vas bien et passe une bonne journée. Gros bisous.

Écrit par : Paty | 22/03/2006

Les commentaires sont fermés.